Antoine Valois-Fortier non rassasié de sa médaille de bronze

10
mai
2014

Montréal, 10 mai 2014 – Depuis sa médaille de bronze remportée aux Jeux olympiques de Londres, Antoine Valois-Fortier a faim et il ne se satisfait pas de peu. Ainsi, la troisième place obtenue par le judoka québécois samedi au Grand Chelem de Bakou, en Azerbaïdjan, l’a laissé sur son appétit.

« Je suis content de mon résultat, mais j’ai une couple d’affaires à corriger. Disons que cette médaille de bronze a un petit peu un goût amer », a souligné Valois-Fortier, en action chez les moins de 81 kg.

Dans un des deux duels pour déterminer les troisièmes places, l’athlète de Québec est venu à bout de l’Ouzbek Yakhyo Imamov. « C’est un très bon adversaire, classé 10e au monde, mais ça fait plusieurs fois que je le bats. Ça s’est joué vraiment sur les pénalités. Ç’a été un combat très tactique. »

En effet, Valois-Fortier a marqué ippon, mais par accumulation de pénalités. S’il en a reçues trois, Imamov a été réprimandé quatre fois par les juges. « J’ai réussi à garder un rythme élevé et j’ai attaqué plus que lui durant la majorité du combat. »

En fait, le judoka de 24 ans paraissait non rassasié au terme de sa journée de travail surtout en raison de sa défaite sur waza-ari en demi-finale contre le Russe Alan Khubetsov, 51e sur l’échiquier international.

Alors qu’il a traîné une pénalité contre lui pendant la majorité de l’affrontement, il a réussi à créer l’égalité avec une minute et demie à faire environ. « Je commençais vraiment à prendre le dessus. Je me suis peut-être un peu trop emballé. J’ai attaqué et je me suis fait contrer. Je suis déçu d’avoir perdu. »

Khubetsov a par la suite remporté la finale face au Géorgien Ushangi Margiani, classé 48e.

Premiers gains contre deux rivaux

Exempté du premier tour, Valois-Fortier s’était auparavant imposé face à l’Azerbaïdjanais Rustam Alimli et au Géorgien Zebeda Rekhviashvili par ippon.

« Mes deux premiers combats étaient contre deux gars contre qui j’avais perdu dans la dernière année et que je n’avais jamais battus. Je pense que c’est un des points positifs de ma journée. »

Favori pour la première fois de sa carrière dans un Grand Chelem, le huitième mondial du côté des 81 kg n’a pas ressenti de pression additionnelle. « Je n’avais pas vraiment de préparation spécifique. Je suis arrivé ici en me disant que j’allais faire de mon mieux et que le résultat allait suivre. »

Le Grand Prix de La Havane, à Cuba, au début du mois de juin, sera sa prochaine compétition.

David Ancor à Londres

Pendant ce temps, à la Coupe d’Europe de Londres, David Ancor a obtenu une cinquième place dans la catégorie des moins de 73 kg.

L’Ontarien a réussi à faire prendre trois pénalités au Français Ludovic Cavallera dans leur affrontement pour une des deux médailles de bronze, mais ce dernier a également marqué deux fois yuko.

Ancor a atteint les demi-finales, où il a été vaincu par ippon par le Russe Nikita Khomentovsky, l’éventuel champion de la compétition.

Après avoir bénéficié d’un laissez-passer d’entrée de jeu, il avait gagné ses trois premiers duels par ippon, dans l’ordre contre le Britannique George Cullum, le Français Arthur Clerget et le Néerlandais Menno Kok.

-30-

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com