Championne du monde, Christa Deguchi réécrit l’histoire

27
août
2019

Photo: International Judo Federation

Montréal, 27 août 2019 – La troisième journée des Championnats du monde de judo, présentés à Tokyo, au Japon, a eu des allures de véritable conte de fées pour la judoka canadienne Christa Deguchi, sacrée championne du monde chez les moins de 57 kg.

En plus de décrocher ce prestigieux titre pour la première fois de sa carrière, Deguchi a réussi l’exploit dans son pays d’origine, elle qui a grandi à Nagano, à moins de 300 kilomètres de la capitale japonaise. Il s’agit également d’une première médaille d’or aux Championnats du monde seniors pour le Canada, de quoi rendre doublement fière la principale concernée.

« Je ne peux pas croire que j’ai gagné! J’ai d’abord été surprise, heureuse, puis extrêmement fière de gagner cette première médaille d’or pour le Canada », a déclaré Deguchi, qui porte le judogi aux couleurs de l’unifolié depuis 2017 et dont le père est originaire de Winnipeg. « Je n’étais pas certaine d’avoir assez de puissance pour gagner les mondiaux, mais je pense avoir prouvé que j’avais tout ce qu’il fallait pour être au sommet », a-t-elle ajouté, complètement épuisée de sa performance.

Un scénario digne d’Hollywood s’est présenté en grande finale, où la Canadienne s’est opposée à la Japonaise Tsukasa Yoshida, numéro un mondiale et championne en titre, qui avait éliminé Deguchi en demi-finale, en 2018. « Ç’a été ma revanche! Nous avons le même âge et nous avons grandi ensemble. Je la côtoie depuis que j’ai 15 ans, alors je la connais vraiment bien. »

Photo: International Judo Federation

L’issue du face-à-face s’est soldée en prolongation quand Christa Deguchi est parvenue à battre son adversaire par waza-ari et, du même coup, à marquer l’histoire. « Ç’a tellement été difficile comme combat. Je pense que j’aurais pu faire mieux aujourd’hui (mardi) et ma technique n’a pas été suffisante. C’est ma force mentale qui a fait toute la différence », a-t-elle admis.

Une foule bondée pour l’occasion a assisté à cette finale spectaculaire et l’accueil auquel a eu droit Christa Deguchi l’a grandement épatée. « Jamais je n’aurais cru que ça allait être aussi bruyant et j’ai été surprise de voir les partisans m’acclamer. Au moment où je suis montée sur le podium, je ne pensais pas que les Japonais allaient être aussi contents pour moi », a souligné l’athlète de 23 ans.

Après avoir eu droit à un laissez-passer au premier tour, Deguchi a tout gagné par ippon en disposant de la Russe Anastasiia Konkina, de la Serbe Jovana Rogic et de la Française Sarah Leonie Cysique afin de terminer première du groupe C. La nouvelle reine des moins de 57 kg a ensuite vaincu la Bulgare Ivelina Ilieva aussi par ippon en demi-finale pour être de l’affrontement ultime.

Cette expérience à Tokyo lui aura donné un avant-goût des prochains Jeux olympiques, qui représentent le prochain objectif de Christa Deguchi. « Je peux maintenant me préparer pleinement pour les Jeux, tout en sachant comment la foule sera à mon égard. De gagner l’or aujourd’hui (mardi), ça démontre que c’est aussi possible pour moi de le faire aux Jeux olympiques. »

Également en action dans cette catégorie, l’Ontarienne Jessica Klimkait a été éliminée à son premier combat par la judoka russe Daria Mezhetskaia.

Constantin Gabun fait bonne figure

Du côté masculin, Constantin Gabun et Arthur Margelidon ont tous les deux foulé les tatamis des mondiaux chez les moins de 73 kg.

Gabun, qui a pris part à ses premiers Championnats du monde, en a surpris plus d’un mardi en terminant au neuvième rang. Il a remporté son premier combat par ippon face à William Tai Tin, de Samoa, puis a battu le Polonais Wiktor Mrowczynski aussi par ippon, au duel suivant. Le Canadien a vu son parcours prendre fin lorsqu’il s’est incliné devant l’Azerbaïdjanais Rustam Orujov, numéro 1 mondial et futur médaillé d’argent.

« Il a vraiment impressionné les gens et a livré une excellente performance, ici à Tokyo. Il a même failli surprendre Rustam Orujov pour remporter son combat », a souligné Patrick Esparbès, de Judo Canada. « Pour le futur du judo canadien, Constantin Gabun est vraiment un nom à retenir. »

Pour sa part, Arthur Margelidon a profité d’un laissez-passer au premier tour pour finalement se mesurer au Chinois Daga Qing. Le Québécois a gagné par waza-ari et s’est dirigé vers la ronde suivante, mais le Russe Denis Iartsev a mis fin à sa journée.

Trois Canadiens seront de la quatrième journée des Championnats du monde de judo, mercredi, soit Catherine Beauchemin-Pinard (-63 kg), Antoine Valois-Fortier (-81 kg) et Étienne Briand (-81 kg).

-30-

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada

Information :

Patrick Esparbès
Directeur général adjoint
Judo Canada
(514) 668-6279
[email protected]

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com