Courte journée pour les judokas canadiens à Budapest

13
juin
2015

Montréal, 13 juin 2015 – Les judokas canadiens Antoine Bouchard, Étienne Briand et Arthur Margelidon ont tous les trois connu une élimination hâtive, samedi, au Grand Prix de Budapest, en Hongrie. 

« C’est une journée un peu décevante pour le Canada », a admis l’entraîneur adjoint de l’équipe nationale masculine canadienne, Michel Almeida. « Les judokas ont perdu des combats serrés qu’ils auraient dû gagner. » 

Antoine Bouchard, qui évolue chez les moins de 66 kg, est le seul des représentants de l’unifolié à avoir remporté un combat, samedi.

Le Saguenéen, 16e au classement mondial, a d’abord disposé du Chinois Erchaogetu Amu en marquant trois yuko. « Le combat a été à sens unique. Il ne m’a jamais menacé et j’ai été en contrôle tout le long du combat », a raconté Bouchard.

Le judoka québécois s’est ensuite mesuré au Portugais Sergiu Oleinic, 35e au monde. Ce dernier a stoppé Bouchard en marquant un ippon. « Ç’a été plus difficile. Il contrôlait bien ma manche gauche et je n’ai pas su m’adapter. Ce n’était pas mon meilleur combat », a avoué l’athlète de 20 ans, à la recherche de solutions en vue de ses prochains tournois. « Je dois trouver de meilleures tactiques sur la grip pour pouvoir créer plus d’occasions dans les combats », a-t-il analysé.

Du côté des moins des 73 kg, Arthur Margelidon et Étienne Briand ont tous les deux été sortis à leur premier duel.

Opposé au Kazakh Yertugan Torenov, Margelidon, de Montréal, menait le combat à deux pénalités contre une avant de se faire servir un waza-ari par le 44e au monde.

« À 20 secondes de la fin du combat, il a marqué sur une contre-attaque et je n’ai pas eu le temps de rétablir le score », a expliqué le judoka classé au 30e rang mondial.

« C’était un adversaire à ma portée. Si j’avais mieux géré le combat, je l’aurais emporté! Je sais que je suis en mesure de bien performer, il ne me reste que la finition des combats à parfaire pour passer à l’étape suivante. »

Quant à Étienne Briand, 39e, c’est en recevant trois pénalités contre deux pour le Turque Hasan Vanlioglu, 38e, qu’il a été éliminé de la compétition. « J’aurais dû être plus agressif au départ et ne pas tirer de l’arrière dans les pénalités », a mentionné l’athlète de Sept-Îles.

 « Mon adversaire a fait un combat tactique en commençant fort et en me faisant prendre une pénalité en premier, a-t-il poursuivi. Par contre, je crois que c’était très serré et que les arbitres ont été sévères par moment. Je n’ai pas eu beaucoup de chances de le projeter. »

« Il y a eu beaucoup d’erreurs commises et très peu de bonnes actions, a noté Michel Almeida. Nous prendrons la prochaine semaine pour travailler très fort sur les erreurs et pour les corriger en vue du prochain tournoi. » 

Entré dans ses nouvelles fonctions d’entraîneur adjoint de l’équipe nationale masculine il y a maintenant un mois, Michel Almeida connaît de mieux en mieux les athlètes qu’il dirige. « Je continue d’apprendre à les connaître. C’est une chose de les connaître à l’entraînement, mais c’est différent en compétition. C’est aussi un apprentissage pour moi », a-t-il affirmé. 

Les judokas canadiens seront de retour à l’action les 27 et 28 juin à l’occasion de l’Open panaméricain disputé à San Salvador.

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com