Les Canadiens en mode apprentissage à Düsseldorf

20
février
2016

Montréal, 20 février 2016 (Sportcom) – À défaut d’avoir été payante en points, la journée de samedi aura été instructive pour les judokas canadiens en action au Grand Prix de Düsseldorf, en Allemagne. Tous éliminés avant la ronde des médailles, ils ont affronté de grosses pointures qu’ils pourraient revoir sur leur chemin vers Rio.

Chez les moins de 73 kg, Arthur Margelidon a entamé la compétition avec deux victoires de suite. Il a eu le dessus par ippon sur Khalil Rebahi, du Qatar, puis il a battu l’Allemand Igor Wandtke par yuko.

« Le gars que j’ai affronté au premier tour, je devais le battre. J’ai ensuite pris ma revanche contre l’Allemand qui m’avait battu lors de nos deux dernières rencontres. Ma journée se passait bien, jusqu’à ce que je rencontre le Coréen », a indiqué le judoka de Montréal.

Margelidon a en effet été stoppé par ippon en troisième ronde face au Coréen Changrim An, meneur au classement mondial. « J’ai été battu sèchement! Je n’ai pas vraiment été dans le coup de tout le combat. Il est vraiment très fort ! Le côté positif, c’est que je voulais me mesurer à lui au moins une fois avant les Jeux olympiques de Rio pour savoir à quoi m’attendre. »

Maintenant que ce premier duel a eu lieu, le Québécois sait sur quoi travailler. « Je sais quoi faire pour que cette leçon de judo ne se reproduise pas. J’ai encore beaucoup de travail à accomplir pour le battre, mais je vais trouver des solutions d’ici les Jeux. Il est très précis et explosif. Il attrapait ma manche et je n’étais plus capable de l’enlever. »

Un test pour Gagné

Nouveau chez les moins de 73 kg, Patrick Gagné a été éliminé dès son premier affrontement du jour. Il se mesurait au Français Guillaume Chaine. C’était une surprise de voir l’athlète de Baie-Comeau en action dans cette nouvelle catégorie, lui qui tente de se qualifier pour Rio chez les moins de 66 kg. Il avait dernièrement dû se retirer d’une compétition, car il n’avait pas fait le poids.

« J’ai combattu chez les moins de 73 kg, car la nutritionniste de l’équipe m’a fortement recommandé de le faire. Nous avons décidé que ma qualification olympique chez les moins 66 kg se jouera uniquement aux Championnats panaméricains en avril, puisque physiquement, il est très difficile pour moi de faire le poids », a-t-il expliqué.

Son unique objectif ce week-end était donc de faire une apparition sur les tatamis de compétition pour ne pas perdre la main. « Je n’avais pas fait de tournoi depuis novembre, alors ça m’a redonné le sentiment de la compétition. En résumé, j’ai eu un bon début de combat. Mais j’étais également un peu rouillé, ce qui m’a fait prendre des pénalités. J’ai dû ouvrir et je me suis fait contrer une attaque par waza-ari. Le plus décevant c’est que j’ai eu la chance de gagner le combat avec une de mes techniques favorites au sol et que je n’ai pu garder l’immobilisation. »

Après les Jeux olympiques de Rio, terminées les pertes de poids presque impossibles pour le Québécois! Il fera officiellement le saut chez les moins de 73 kg. « Finalement, on peut dire que c’était un réchauffement pour l’année prochaine. Je sais maintenant très bien que le changement de catégorie se passera bien. »

Tremblay se frappe à une athlète du top-5 mondial

Stéfanie Tremblay (-63 kg) a aussi été sortie du tableau dès son premier duel. L’Israélienne Yarden Gerbi, quatrième au classement de la Fédération internationale, l’a vaincue par ippon.

« L’Israélienne était très solide. Elle a d’ailleurs été championne du monde en 2013. J’ai bien commencé le combat, mais après 1 minute 30 secondes, j’ai fait une erreur et elle en a profité », a raconté Tremblay.

« Elle est très bonne dans une position spécifique et pour contrer un type d’attaque. Mon plan de match était d’éviter cette attaque. Mais elle m’a donné la grip parfaite pour la faire et en pleine action, je n’ai pas respecté mon plan », a poursuivi la judoka de Saguenay.

Malgré ce dénouement décevant, l’athlète de 25 ans a beaucoup appris de son combat. « Je suis quand même contente d’avoir pu mettre mes mains sur une des filles du top-5 mondial. J’étais confiante avant l’affrontement. Je me sentais bien et je me suis battue pour gagner. C’est une attitude que je veux reproduire le plus possible dans les prochains mois. »

Elle convient que la série de compétitions européennes n’a pas été productive en terme de points pour la sélection olympique. « Je suis en forme. La tournée n’a pas été payante côté points, mais j’apprends de mes erreurs. J’ai aussi eu de bons entraînements en Europe. On repart bientôt pour des Coupes du Monde en Amérique du Sud (début mars). Ce sera là qu’il sera important de performer », a-t-elle dit.

Elle profitera de son séjour en terres sud-américaines pour tenter de récolter des points importants pour son classement mondial. Les judokas canadiens ont jusqu’à la fin du mois de mai pour grimper dans le classement et obtenir un billet pour Rio. « Je ne suis pas inquiète. J’ai toujours su que ça se jouerait à la toute fin pour moi. Les tournois auxquels nous venons de participer sont les plus forts du circuit, mis à part les Championnats du monde. Les tableaux seront plus faciles en Amérique du Sud. »

Le passage à Düsseldorf d’Antoine Valois-Fortier aura aussi été très court. Son unique combat de la journée n’aura duré que 43 secondes. Le troisième meilleur judoka au monde a été surpris par ippon par le Colombien Pedro Castro.

-30-

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com