Monika Burgess cinquième en Corée

28
novembre
2014

Montréal, 28 novembre 2014 – La judoka canadienne Monika Burgess a pris le cinquième rang de la catégorie des moins de 70 kg, vendredi, au Grand Prix de Jeju, en Corée du Sud.

« C’est une bonne journée pour Monika. C’est encourageant pour la suite », a raconté l’entraîneur de l’équipe nationale féminine Jeremy Le Bris.

La judoka d’origine ontarienne qui s’entraîne à Montréal a amorcé sa journée en défaisant la Sud-Coréenne Lee Hye-Sun. Burgess, 53e au monde, s’est notamment démarquée en réussissant deux yuko. « La Coréenne n’a pas mis une fois Monika en danger », a fait remarquer Le Bris.

Burgess s’est ensuite imposée par ippon face à l’Espagnole Maria Bernabeu, 24e sur l’échiquier mondial. « Bernabeu a surpris Monika en faisant un yuko, mais elle a tout de suite réagi en la projetant pour marquer un waza-ari, a souligné Le Bris. Le combat s’est terminé au sol par une transition que seule Monika sait faire. »

En quart de finale, la judoka de 19 ans a servi la même recette à l’Israélienne Lior Wildikan, 23e au classement mondial. « L’Israélienne est très forte en contre-attaque. À la première reprise, elle s’est jetée sur Monika pour la contrer, mais Monika a repris l’initiative pour marquer un yuko. Quelques séquences plus tard, l’Israélienne a fait la même erreur, mais cette fois, Monika a contrôlé beaucoup mieux sa projection et lui a mis ippon. »

Forte de ses trois victoires, Monika Burgess s’est frottée en demi-finale à la deuxième au monde, l’Allemande  Laura Vargas Koch. Cette dernière s’est imposée par ippon. « Vargas a eu le dernier mot sur un dégagement au sol. C’est dommage, car debout, Monika arrivait à lui tenir tête. »

De retour sur le tatami pour le combat pour l’obtention de la médaille de bronze, la Canadienne s’est mesurée à la Marocaine Assmaa Niang, huitième au monde. Aucune des deux combattantes n’est parvenue à marquer au terme des quatre minutes du duel et les pénalités ont décidé de l’issue de la rencontre. Burgess, qui en a reçu deux, a dû concéder la victoire à Niang, qui n’en a pris qu’une.

« Niang est une adversaire très physique et très forte en début de combat, a expliqué Jeremy Le Bris. Après 1 minute 30 secondes, la Marocaine n’avait plus de cardio. On a vu Monika être très offensive, mais ça n’a pas suffi. »

Même si les efforts de Burgess ne se sont pas transformés en podium vendredi, Le Bris reconnait le travail réalisé par sa protégée. « Elle continue de prendre de l’expérience et de battre des athlètes qui sont parmi les 25 meilleures mondiales. Celles du top-10 ne sont pas très loin non plus, a affirmé l’entraîneur. Elle n’a besoin que de cette petite chose qui fait basculer le combat de son côté. »

Chez les hommes, Arthur Margelidon a de son côté été éliminé à son premier combat des moins de 73 kg. Le Montréalais, classé au 43e rang mondial, s’est avoué vaincu face à l’Espagnol Kiyoshi Uematsu, 33e.

« C’est une mauvaise journée », a admis le judoka québécois qui a reçu deux pénalités. « J’aurais pu les éviter et j’aurais pu mieux faire même si mon adversaire est très expérimenté. »

« Arthur est très déçu, car il sait qu’il n’a pas donné son maximum, a ajouté Jeremy Le Bris. Il n’a pas su trouver l’ouverture pour mettre son adversaire en danger et il a trop suivi le rythme de l’Espagnol. »

Samedi marquera la dernière journée du Grand Prix de Jeju et ce sera au tour des Canadiens Ana Laura Portuondo Isasi (-78 kg) et Kyle Reyes (-100 kg) de montrer leur savoir-faire sur les tatamis.

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com