Un os brisé exclut Arthur Margelidon des Jeux olympiques

27
juillet
2016

Montréal, 27 juillet 2016 – Coup de tonnerre pour le judoka Arthur Margelidon qui devait représenter le Canada dans la catégorie des moins de 73 kg aux Jeux olympiques de Rio. Le Montréalais s’est fracturé la tête du radius et cette blessure l’évince des tatamis olympiques.

Margelidon a tenté de projeter un adversaire dans un combat d’entraînement et son bras est resté coincé.

« Me casser un os, c’était la seule chose qui pouvait m’empêcher de participer aux Jeux olympiques. Si j’avais eu une blessure à un ligament ou une autre blessure plus fréquente en judo, j’aurais été en mesure de me battre avec un bandage ou une injection de cortisone. Un os qui se casse, c’est rare », a expliqué celui qui devait vivre son baptême olympique le 8 août prochain.

Présent au moment de l’incident, Nicolas Gill, entraîneur-chef de l’équipe canadienne, mentionne que l’espoir que la blessure soit mineure s’est vite dissipé.

« On n’a pas eu besoin d’une radiographie ou d’un diagnostic pour savoir que c’était grave, a-t-il imagé. Il aura un deuil à faire et la façon dont il va gérer ça sera un facteur dans sa réadaptation. Les blessures font partie du sport. Dans son cas, il n’y a pas de guérison rapide, alors ça rend la situation un peu plus dramatique. »

Margelidon a rapidement senti le soutien sincère de ses coéquipiers, de ses entraîneurs et de sa fédération, ce qui l’aide dans sa réadaptation pour la suite des choses.

« Ça me donne juste plus de rage pour Tokyo en 2020. J’ai 22 ans et peut-être deux cycles olympiques devant moi. J’ai un pincement au cœur à voir mes coéquipiers s’entraîner, mais je suis content pour eux. »

L’athlète sera tout de même au Brésil à titre de simple spectateur en compagnie de son père qui avait déjà ses billets et sa chambre d’hôtel pour assister aux compétitions de son fils.

« Je serai dans les estrades à regarder ce que j’aurais dû faire. Je ne veux pas que ma carrière se termine sur une blessure à un poignet et je vais y aller au maximum pour les quatre prochaines années. C’est une motivation et une étape à franchir pour que ce soit encore meilleur aux Jeux de Tokyo. (À Rio), je verrai ce que sont les Jeux olympiques et je ne serai pas surpris de l’ambiance lorsque je serai à ceux de Tokyo. »

© 2017 Canadian Kodokan Black Belt Association, Tous droits réservés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com